Foto
21Fév

Témoignage des étudiants sur le séjour international à Dubaï

Témoignage de Héloïse Zanardo, étudiante en B2 à l’École de Commerce de Lyon

Quelles sont les activités que tu as pu faire lors de ton séjour à Dubaï ?

Les sorties étaient pour la plupart organisées par une compagnie touristique, nous sommes allés à Dubaï et avons vu le Souk, l’Atlantis hôtel, la Marina et bien évidemment, la Burj Khalifa et le Dubaï mall. C’était impressionnant, le mall est tellement grand qu’il est facile de se perdre, tout est gigantesque dans cette ville. Le spectacle aquatique au pied de la tour est beau, mais le spectacle en son et lumière sur la Burj Khalifa est plus inattendu.J’ai eu l’impression d’être dans un autre monde là-bas, entouré par une mer de sable et d’une quantité de personnes qui parlaient russe, indien et anglais.A Abu Dhabi, nous avons pu voir l’Heritage Village. Une remontée dans le temps, montrant aux touristes la façon de vivre des locaux avant l’unification du pays et les avancées technologiques que cela a amené. La Grande Mosquée avec ses décors en matériaux précieux et en mosaïques est incroyable, sans parler des lustres en cristaux. Comment ne pas parler du Louvre, le bâtiment est gigantesque et étalé sur 4 étages. C’était pour moi un passage obligé, et j’ai été agréablement surprise par le fait que tout était inscrit en français, en anglais et en arabe.

Que dire de la sortie en 4×4 dans le désert ? C’était très amusant et les sensations éprouvées étaient vraiment sympas. Le dîner était bon mais les spectacles étaient vraiment le clou de la journée. Danseuses du ventre (belly dancers), tourneurs et danse du feu nous ont fait vivre un moment authentique et exceptionnel.

Comment se déroulaient les cours ? Qu’as tu pensé de l’école ?

Au niveau de l’école, nous étions sur le campus de la SBS Business School, une école de commerce Suisse partenaire de l’ECL implantée depuis peu sur la région de Dubaï. Les cours avaient lieu du dimanche au jeudi de 9h à 13h, c’est assez particulier comme planning mais cela s’explique par la culture locale où l’on ne travaille pas le vendredi (qui correspond au dimanche chez nous) et aussi par la météo car il fait très chaud les après-midi et il est difficile de travailler dans de bonnes conditions.

Les classes étaient en petits groupes entre 5 et 10 personnes et les cours donnés en anglais. Le directeur adjoint était très à l’écoute et toujours prêt à rendre service, par exemple le premier jour nous ne savions pas où manger et il a demandé à l’accueil de commander quelque chose pour nous ! Les professeurs sont aussi très disponibles, on pouvait les joindre par WhatsApp par exemple si on avait des questions sur les cours.

Qu’est ce qui t’as marqué au niveau de la culture et la société locale ?

La ville de Dubaï est très impressionnante, il y a énormément de grands buildings mais on trouve aussi des petites maisons un peu partout autour. On avait une sensation de sécurité bien supérieure à ce qu’on peut ressentir en France, on ne ressentait aucune pression ! Par exemple, on pouvait rentrer à 4-5h du matin, traverser toute la ville à pied et se sentir en sécurité, même dans des petites ruelles. Je pense que ça vient de la loi qui est très forte là-bas, par exemple si on jette un mégot par terre on peut recevoir une très grosse amende voire une peine de prison. C’est à la fois une bonne et une mauvaise chose, car on ne peut pas s’embrasser en public par exemple et on est obligé de faire attention à tout ce que l’on fait, c’est une pression constante.

De plus, tout est très propre, il y a des lieux spécifiques pour fumer car c’est mal vu dans la rue et il y a un risque d’amende, mais c’est une bonne chose pour la propreté des rues. J’ai été surprise aussi de voir des décorations de Noël, certes très différentes de chez nous ais très sympathique ! Les palmiers sont décorés avec des guirlandes blanches et on trouve des bougies vertes un peu partout avec des feuilles de palmier dessus.

L’alcool est interdit mais on en trouve dans les hôtels, certains locaux viennent justement dans des hôtels reculés pour pouvoir boire et fumer en toute discrétion. La cigarette était aussi interdite pendant très longtemps alors que la chicha est autorisée car culturelle (même si plus nocive). Le tabac à rouler est également interdit malgré l’autorisation des cigarettes classiques.

Dans quel type de logement as-tu vécu durant ton séjour ?

Nous étions logés dans un hôtel proche de l’école, situé aux abords d’une zone industrielle. C’est un endroit qui est assez éloigné du centre de Dubaï, environ 40 minutes en transports. On était les premiers français à venir dans cet hôtel depuis 3 ans, certains membres du personnel parlaient notre langue et étaient très heureux de nous accueillir ! Ils étaient très serviables et nous donnaient pleins d’informations.

Par exemple, ils nous aidaient à porter nos sacs de courses. J’ai aussi cassé mon téléphone et quelqu’un s’est proposé d’aller m’en acheter un nouveau dans le centre-ville car j’étais malade à ce moment là, probablement à cause des différences de température entre l’hôtel et l’extérieur. On m’a aussi donné des médicaments pour me soigner, j’ai beaucoup apprécié d’être “suivie” par le personnel de l’hôtel qui était très attentionné !

As-tu fais des rencontres mémorables ?

Oui ! J’ai rencontré un couple franco-dubaïote qui m’a emmené faire une visite dans la montagne aux alentours, nous avons partagé un thé avec d’autres gens rencontrés à ce moment. C’était une expérience très atypique et authentique avec des gens amicaux. Le mari du couple, qui s’appelait Méad faisait la traduction avec les autres personnes et nous avons beaucoup échangé sur nos cultures respectives.

J’ai par exemple appris que la polygamie a une origine historique précise, car après la guerre il y avait plus de femmes que d’hommes et il fallait en quelque sorte assurer leur protection. Les hommes ont donc été autorisés à avoir plusieurs femmes à conditions qu’ils les traitent de la même façon, par exemple si il achète quelque chose à l’une, il doit le faire aussi pour l’autre de façon équivalente.